RockMetal Passion

La passion du metal                                             par Caroline C. Design fond de page et logo Sylvain Cousin

MARC QUEE

 

Avec la gentillesse légendaire qui le caractérise, Marc Quee s’est prêté au jeu de l’interview.
 
ROCK METAL PASSION : Pourrais-tu te présenter et présenter l’ensemble de ta carrière ?
 
MARC QUEE : J'ai commencé a jouer de la basse a l'âge de 15 ans, dans un groupe qu'on avait formé avec mes copains d'enfance. Peu de temps après, j'ai commencé à prendre des
cours de chant, et me suis décidé à être chanteur. A l'âge de 19 ans, je suis entré dans Attentat Rock, qui, après est devenu Pink Rose, et on a enregistré 2 albums ensemble. Après cette expérience, qui a duré 2 ans, je suis rentré en Suède. Durant les 5 années suivantes, j'ai fait parti de plusieurs groupes et projets (dont les allemands Viva) j'ai auditionné pour quelques groupes(Talisman, Swedish Erotica, Kharma) et j'ai sorti deux 45-tours en solitaire (Queen of the night et Till Heaven Calls Our Names) En 1991, j'ai demenagé a Tenerife (Iles Canaries) pour travailler dans des spectacles musicaux destinés aux touristes. Pendant toutes ces années à Tenerife, j'ai fait des tributes a Queen, Beatles, Pink Floyd et j'ai été le chanteur principal des musicals History of Music et Rockstory. Depuis presque 2 ans, je suis le chanteur du groupe Esclavitud, avec lequel on a sorti l'album Return to Eden en 2017.
 
RMP :Ton album Better Late Than Never est un superbe album, pourrais-tu nous parler de son processus d’écriture ?
 
MQ : Merci! Tous les morceaux de Better Late Than Never ont été composés entre 1986-1989. La plupart ont été composé sur le piano chez ma mère (il est toujours là, très désaccordé). A l'époque, j'ai fait des démos et j'ai réussi à avoir un contrat avec un petit label (Four Leaf Records). Nous avons sorti deux 45-tours,qui ont mal fonctionné, et n'avons donc pas fait d'album. Le grunge est arrivé, et ma proposition musicale n'était plus en demande. J'avais toujours l'impression que les chansons étaient fortes et méritaient d'être enregistrées, et c'est pour cela que je les ai enregistrées et sorties presque 30 ans plus tard(voilà pourquoi le titre de l'album).
 
RMP :Comment trouves-tu l’inspiration lorsque tu composes ?
 
MQ : Quand j'ai composé les chansons de Better Late Than Never, j'ai été inspiré par ce qui passait à la radio, MTV, etc (nous étions dans les années 80, et des groupes comme Europe, Whitesnake et Bon Jovi y passaient beaucoup) A l'époque, je venais juste de rencontrer mon premier grand amour, et cela m'a aussi beaucoup inspiré.
 
RMP :Tu participes à plusieurs groupes, ce n’est pas trop difficile à gérer ?
 
MQ : Des fois, c'est compliqué. Surtout si les dates des concerts sont les mêmes, mais j'arrive à m'arranger pour tout faire, ou presque.
 
RMP : L’album d’Esclavitud me fait penser parfois à Dream Theater, as-tu participé au processus d’écriture de l’album ?
 
MQ : Toute l'instrumentation était composée et enregistrée quand je suis entré dans le groupe. J'ai fait presque la totalité des mélodies de chant et 50% des paroles.
 
RMP : As-tu un nouvel album en projet ?
 
MQ : Nous allons bientôt commencer à composer le prochain album d'Esclavitud.
 
RMP : As-tu encore des morceaux pour le projet d'un autre album solo ?
 
MQ : Non, il faudrait faire des nouvelles compos.
 
RMP : Lorsque tu fais des concerts, comment fais-tu pour préserver ta voix ?
 
MQ : Je fais plusieurs performances par semaine, depuis plus d'un quart de siècle, et je m'entraine souvent avec des coachs vocaux, ce qui permet d'avoir mes cordes vocales au top.
 
RMP : Tu es très proche de tes fans, es-tu heureux de pouvoir partager des moments privilégiés avec eux lors des concerts ?
 
MQ : Oh oui, j'adore ça! Je m'intéresse toujours à la vie des fans, dont beaucoup sont devenus des amis. J'aime écouter ces histoires et leur rapports avec ma musique. Quand je rencontre des fans d'Attentat Rock, lors des concerts, et qu'il me disent qu'ils attendaient de
nous voir depuis presque 30 ans (parce qu'à l'époque ils étaient trop jeunes pour aller aux concerts, ou habitait trop loin d'où on avait joué) ou quelqu'un qui m'a dit qu'il avait appelé sa fille d'après une de nos chansons (Sandy) ça me touche énormément.
 
RMP : Pourrais-tu dire un mot à tes fans ?
 
MQ : J'espère vous voir au British Steel, à Fismes, le 6/10 ou je serai avec Esclavitud, et à Vouziers, avec Attentat Rock, le 1/12 !
 
RMP : Es-tu heureux à la perspective de monter sur scène bientôt ?
 
MQ : Très heureux de pouvoir chanter avec Esclavitud en France. C'est un super groupe qui donne vraiment sur scène. Et comme d'habitude, ça sera un grand plaisir de revoir mes amis d'Attentat Rock, qui sont comme des frères pour moi, et pouvoir en profiter pour jouer ensemble !
 
Merci Marc pour ta disponibilité et ta gentillesse.
Interview réalisée par Caroline Caron le 18 avril 2018 par mail.