RockMetal Passion

La passion du metal                                             par Caroline C. Design fond de page et logo Sylvain Cousin

SYLVAIN COTTE (GanG) 

Lorsque je demande à des artistes de me donner 5 albums qui ont changé leur vie, c'est un peu comme si je demandais la lune.

Sylvain, lui, a imaginé qu'il partait sur une île déserte pour ne plus revenir, mais attention, une île déserte équipée d'une chaîne hi-fi. 

photo Agnès B Sam

Queen « News Of The World » : c'est mon premier vrai contact avec le Rock'n'Roll. Un son puissant qui s'échappe de la platine disque de ma tante (et marraine) qu'elle s'est fait offrir pour ses 18 ans. Je ne suis qu'un gamin, en nourrice chez mes grands parents mais j'ai tout de suite senti que ce disque c'était comme un « cadeau » du diable...

Kiss « Creatures of The Night » : le vrai début des hostilités à mon arrivée au collège... Un disque offert par une amie pour mon anniversaire de 1983 parce que depuis mon arrivée en 6ème nous étions plongés dans le rock et ne jurions que par Kiss après avoir rencontré un fan déjà converti. Je pourrais aussi citer (à la même époque) Joan Jett et « I Love Rock'n'Roll » et Téléphone avec « Crache Ton Venin » que je préférais largement à l'album « Dure Limite » sans oublier mon premier achat d'un double live de Kiss (l'incontournable « Alive ! ») et le non moins excitant « Maiden Japan » de Iron Maiden... Finalement ce « Creatures of the Night » résume ma période d'initiation, les prémices de ma soif de Metal

MSG « One Night At Budokan » : découvert au hasard des prêts de cassettes et vinyles qui se pratiquaient entre fans aux collèges. Un de mes cousins me prête simultanément ce live de MSG et le « Crusader » de Saxon pour le week-end... C'est d'emblée le coup de foudre et Philty et moi réalisons à la hâte la copie K7 dans le week end... Depuis j'aidû racheter 3 fois cet album en double vinyle. Michael Schenker reste l'un de mes guitaristes favoris. Dans le registre des guitaristes solistes, j'aurais également pu citer Gary Moore avant ça période blues et notamment son «double live « We Want Moore » (de toute manière je suis et reste très friand de la plupart de ces double live sorti dans les 70's et 80's et franchement, sur une île déserte j'emporterai principalement ce genre du disques de Scorpions « Tokyo Tapes » à Thin Lizzy « Live/Life » / « Alive And Dangerous » en passant par « Live After Death » de Iron Maiden et Uriah Heep « Live'73 », en autres...).

Q5 « Steel The Light » : au milieu des 80's sortent une multitude de groupes, plus ou moins de qualité mais qui bénéficieront de l'engouement d'un public de Hardos dont je suis... C'est le cas de pas mal de groupes que nous fait découvrir, en France, le label Bernett... Tokyo Blade, Maineeaxe et... Q5 ! Racheté d'occasion à mon voisin qui m'a fait tomber dans la marmite du Heavy Metal, je découvre un groupe innovant, avant-gardiste dans le son (on flirte avec le synthétiseur et on teste le vibrato Floyd Rose du génial inventeur qui n'est autre que le guitariste de Q5) mais on sait aussi rester simple et efficace dans le riff et le refrain... Voilà ,le genre d'album qui traverse le temps comme en atteste la récente réédition grecque en double CD (incluant des inédits live et radio) à laquelle mon portefeuille n'a pu résister...

Lynyrd Skynyrd « Gold & Platinum » : lorsqu'à 15 ans, tu as des difficultés en mathématiques et que tes parents te dégotent un étudiant pour t'aider à t'en sortir sans savoir que lui aussi est un fan de Rock et Punk... Tu reviens de chaque « cours » avec un disque sous le bras... L'occasion de découvrir l'intégrale de Led Zeppelin, y compris les premiers album solo de Robert Plant, un brin de Dire Straits, l'incontournable « Never Mind The Bollocks » des Sex Pistols et ce « best Of » de Lynyrd Skynyrd qu'on te prête en te disant : « attention, ce n'est pas du hard ! »... Certes mais ça reste l'un de mes favoris tout de même car ça rock et ça roule.

Sylvain Cotté : Évidemment, j’aurais aussi pu citer pas mal d'autres albums et notamment des plus véloces car le thrash des "early years" fait aussi partie de mon parcours initiatique... J'aurais de fait choisi : Metallica avec « Ride The Lightning » (pochette bleue ou verte ! lol !), Slayer avec « Show No Mercy » et Anthrax avec « Spreading The Disease » (voire « Among The Living ») ou encore Kreator avec « Coma Of Souls »...

Mais voilà, 5 albums, c'est peu et ça donne pas envie finalement de partir sur une île déserte en se privant du reste (et cela même si bon nombre d'album sont désormais plus encrés dans ma tête, mon âme et mon cœur que sur n'importe quel support commercialisé ou piraté...). Comme le chantait Ronnie James Dio : « Long Live Rock And Roll » !!!